Archives pour la catégorie Beauté et tendresse

Et si l’on innovait pour Noël ?

angel-564351_1920

Et si l’on allégeait les repas – ce qui ferait du bien à notre santé ?

Et si l’on allégeait les cadeaux – ce qui ferait du bien à notre compte en banque ?

Et si l’on mettait de l’amour dans les discussions – ce qui éviterait beaucoup de souffrances ?

Par exemples:

Faire parler nos parents et nos grands-parents de leur enfance – excellent pour mieux connaître sa psychogénéalogie.

Dire quels sont nos meilleurs souvenirs avec chacun des membres de notre famille – émotions positives garanties.

Complimenter chacun et chacune pour leurs qualités et ce qu’ils nous ont donné – puissant exercice de gratitude.

La liste est loin d’être exhaustive…

Enregistrer

Une nouvelle que je trouve très sympathique

crayons-623067_1920

Une patiente m’a appris (merci à mes patients et amis qui m’apprennent tant de choses) que les deuxièmes et sixièmes meilleures ventes de livres – sur Amazon aux États-Unis pour les Fêtes – ont été deux livres de coloriage pour adultes.

Cela permet de retrouver sa créativité artistique qui a été mise en sommeil, de se reconnecter avec son enfant intérieur et de jouer, librement, avec les couleurs que l’on choisit.

C’est une activité apaisante qui permet de se détendre, de se concentrer sur ce que l’on fait et de méditer. 

La bonne nouvelle est que cela se développe aussi en France.

Soudain, je me suis dit : « Mais je suis heureux… »

sunflower-804669_1920

Un patient m’a raconté : « J’étais au volant de ma voiture, dans les embouteillages. La lumière était belle. Soudain, je me me suis dit : mais je suis heureux. Je me sentais bien, enfin. J’étais ému aux larmes. »

La vie « extérieure » de ce patient n’a pas changé.

C’est sa vie « intérieure » qui s’est complètement transformée, son regard sur son existence.

Il a beaucoup travaillé les rancœurs et les marquages de sa psychogénéalogie liés à un père autoritaire et violent et une mère surprotectrice, afin de s’en libérer.

Il a appris à considérer la vie sur un plan spirituel, à faire confiance , à vivre davantage le moment présent,  à être ouvert aux petits signes du quotidien, à développer la gratitude et l’amour universel.

Quand il m’a consulté, il se sentait inhibé, morose, désabusé, dépressif. Il avait même fait une tentative de suicide.

Moi aussi, j’étais très émue et ravie !!!

 

 

Pâte à pizza sans hydrates de carbone et sans gluten

11536133_746058185502554_4522428154909279765_n

Bonne nouvelle, une pâte à pizza qui ne vous fera pas prendre un gramme !

Merci beaucoup à l’amie qui m’a transmis la recette.

Pour quatre personnes, j’ai utilisé la moitié d’un chou-fleur cru (200 grammes environ) et le même poids de mozzarella sèche.

Je me suis servie d’un robot pour émietter le chou-fleur cru. J’aurais pu faire de même avec le fromage mais j’avais trouvé au supermarché un sachet de mozzarelle sèche râpée, (oh la paresseuse !).

Pour lier le mélange, j’ai cassé deux œufs entiers et les ai incorporés soigneusement.

J’ai ajouté une gousse d’ail finement émincée.

Je n’ai pas salé ni poivré car la garniture que j’avais choisie (à dresser après que la pâte soit cuite) comportait des anchois et des olives.

J’ai étalé, en me servant de mes mains, le mélange sur une plaque de cuisson rectangulaire, recouverte de papier sulfurisé.

J’ai enfourné dans un four préchauffé à 240 degrés Celsius (465 degrés Fahrenheit) pendant 15 minutes.

Une fois la pâte cuite, vous garnissez votre pizza selon votre goût. Les possibilités sont infinies ! Et vous laissez cuire de nouveau 15 à 20 minutes.

J’ai utilisé de fines tranches de tomates. Elles ont l’inconvénient de contenir trop d’eau. La prochaine fois, je me servirai d’un concentré de tomates sans sucre ajouté. Aux États-Unis, il existe de la pâte de tomates biologiques.

J’ai trouvé cette pizza très bonne. Comme beaucoup de personnes, je suis allergique au sucre et aux hydrates de carbone. Cela va me changer la vie…

Bon appétit à toutes et à tous !